Le poivron, nous rabâche-t-on, est bourré de vitamine C. Plus que l'orange paraît-il !
OK ! Message reçu 5 sur 5.
En plein hiver, on en a bien besoin (de vitamines, bien sûr !). Mais, me direz-vous, le poivron n'est pas un légume d'hiver !!!
Bon, on va pas se prendre la tête à calculer l'empreinte carbone du poivron qui arrive sur nos assiettes du fin fond de l'Andalousie où on l'a cultivé à grand coup d'engrais, d'eau (rare dans ces contrées méridionales), et autres pesticides, herbicides et hormones de croissance...  (beurk !) ... et on va se faire un petit Goulash qui va nous transporter au coeur de l'Europe centrale... Ne manquent que les violons tziganes, mais c'est facultatif !

Poivrons_rouges_pour_le_Goulash

Ma recette express :
Morceaux de boeuf bourguignon (à retailler en petits dés après avoir soigneusement éliminé le gras et autres trucs pas très appétissants !)
Poivrons rouges (deux, c'est bien !) et si on en a aussi : poivron vert (un seul, ça suffit, ça corse bien le goût à mon avis)
Oignons : un, deux ou trois selon la taille.
Paprika en poudre
Une boîte de pulpe de tomate

Je vous laisse adapter les quantités selon le nombre de convives et leur appétit ! Mais comme le Goulash est toujours meilleur réchauffé, vous pouvez forcer les quantités...

Voilà : vous avez la base. Vous pouvez ensuite rajouter pour faire bonne mesure : une gousse d'ail, quelques pincées d'herbes de Provence, un piment d'Espelette (ou la moitié si vous n'aimez pas trop relevé) ou à défaut un peu de piment de Cayenne ou d'ailleurs, et un cube de bouillon de viande si vous mouillez à l'eau, sinon, un bon bouillon de pot au feu de la veille fera l'affaire, et enfin, le détail qui fait tout : un yaourt nature (ou a défaut de la crème fraîche)..

Détailler la viande en dés, les poivrons en lanières retaillées en carrés, émincez les oignons.
Faire revenir la viande, et quand elle est dorée sur toutes ses faces, jeter oignons et poivrons dans la cocotte. Baissez le feu et laisser colorer. Saupoudrer généreusement de paprika, rajouter aîl, herbes, piment, sel (et éventuellement poivre si vous n'avez pas mis de piment). Verser la boîte de pulpe de tomate, compléter avec eau et bouillon en cube (ou vrai bouillon de viande), et laisser mijoter à feu très doux (une heure, c'est bien !).
Dégraisser avant de présenter dans un joli plat et incorporer la yaourt (ou la moitié du yaourt), c'est ça qui va donner tout le moelleux... Servir avec au choix : pommes de terres vapeur, pâtes fraîches (ou sèches du reste), Spätzle, gnocchis, polenta, riz, etc... !

Les Hongrois le mangent plutôt comme une soupe, moi je l'aime bien ainsi, en plat principal... Ce qui est extraordinaire quand on va dans les pays d'Europe centrale, c'est l'incroyable multiplicité de variétés de poivrons et piments... Les marchés en regorgent. Ici, à défaut, je me contente de simples poivrons rouges. Et le paprika en poudre (fort ou doux selon les goûts) apporter la saveur authentique.

Bon appétit !!!

Juste pour la couleur locale, une petite photo de Prague sous la neige (c'était le 10 février 2010). Non, Prague n'est pas en Hongrie, bel et bien en République Tchèque, mais le Goulash est proposé dans la plupart des restaurants.  Je suppose qu'il n'est pas exclusivement la spécialité hongroise puisqu'on le retrouve dans la plupart des pays de l'ex empire austro-hongrois.

Prague_sous_la_neige Prague_et_la_Moldau